samedi 5 août 2017

Entretien avec le Dr Giorgio Antonucci présenté par l'association "Il Cappellaio Matto", campagne Prohibition absolue

Un entretien avec le Dr Giorgio Antonucci présenté par l'association "Il Cappellaio Matto", 

Publié le 25 mars 2016

Campagne pour la prohibition absolue des traitements forcés et des hospitalisations forcées.


"Antonucci les libère tous", dessin de Vincenzo Iannuzzi

L'association italienne des utilisateurs et survivants "Il Cappellaio Matto" (le chapelier fou) est heureuse de partager un long entretien avec Giorgio Antonucci, médecin, psychanalyste et directeur de deux services d'hôpitaux psychiatriques pendant de nombreuses années.

Il a lutté pour prévenir et abolir les traitements psychiatriques forcés, pour libérer les personnes des hôpitaux psychiatriques italiens depuis le début des années 60 et surtout pour démontrer qu'un diagnostic psychiatrique est en réalité un jugement psychiatrique, soutenu par un préjugé social.

La première des huit tranches de l'interview peut être vue ici:


La vidéo est disponible avec des sous-titres en anglais grâce aux efforts de Il Capellaio Matto.

C'est la première publication dans une langue étrangère, excepté un livre en danois, de Svend Bach, professeur de littérature à l'Université d'Aarhus, qui lui est consacré: "Antipsykiatri eller ikke-psykiatri".

Giorgio Antonucci a commencé son travail de médecin à Florence (Italie), en s'efforçant de résoudre les problèmes des personnes qui risquaient de se retrouver en psychiatrie. Il a commencé à s'engager dans la résolution des problèmes psychiatriques, en essayant d'éviter les hospitalisations, les internements et tous types de méthodes coercitives. En 1968, il a travaillé au Cividale del Friuli (avec Edelweiss Cotti), un hôpital public, la première alternative italienne aux hôpitaux psychiatriques. En 1969, il a travaillé à l'hôpital psychiatrique de Gorizia, dirigé par Franco Basaglia; Il a critiqué le fait que dans cet hôpital, les électrochocs n'aient été abolis que pour les hommes et ont continué d'exister pour les femmes. (Il faut tenir compte du fait que Basaglia a été absent la plupart du temps, à des conférences, etc..., puis est mort à 56 ans en 1980). Antonucci a déclaré que, bien sûr, Basaglia a été le premier à mettre en question l'hôpital psychiatrique et qu'il a dit à juste titre qu'il s'agissait d'une affaire de classe. Mais Basaglia n'est pas allé jusqu'au bout pour dire que l'hôpital psychiatrique est un préjugé en soi, non pas seulement un bâtiment, et il a passé son temps en conférences partout dans le monde et à écrire des livres, des articles, etc... Antonucci quant à lui travaillait effectivement tous les jours avec les patients, afin de leur rendre leur liberté.


Giorgio Antonucci et Edelweiss Cotti


De 1970 à 1972, Antonucci a dirigé le «Centre d'hygiène mentale» de Castelnuovo nei Monti dans la province de Reggio Emilia. De 1973 à 1996, il a travaillé comme médecin principal dans deux hôpitaux psychiatriques de Bologne, Osservanza et Luigi Lolli, en démantelant des services psychiatriques et en créant de nouvelles opportunités résidentielles pour les anciens internés, en leur donnant une complète liberté de choix personnel. Un exemple réussi unique en Italie et probablement dans le monde. D'un point de vue politique et religieux, il est anarchiste, libertaire et athée.

« Les traitements forcés sont des violations de leurs droits et sont nuisibles, aux personnes elles-mêmes, à leurs pensées et à leurs vies, c'est ainsi j'ai commencé à m'occuper de la psychiatrie », dit-il.

Dans cette courte conversation avec l'acteur et activiste Saverio Tommassi, Antonucci discute de la différence entre les systèmes authentiques de guérison et la psychiatrie comme moyen de contrôle social, "un jugement moraliste et la prétention de contrôler le comportement de ceux qui ne respectent pas les conventions sociales". Il explique la genèse de sa propre opposition à toutes les formes d'incarcération psychiatrique, de contention et de médication forcée: en tant que jeune médecin, il a été témoin de l'internement dans les asiles de femmes considérées comme "difficiles", qui avaient été prostituées auparavant et avaient été qualifiées de folles par les autorités catholiques. Il a rapidement compris que 90% des occupants des établissements étaient les "socialement indésirables" - les sans-abri, les femmes au foyer rebelles, les chômeurs -, etc.:

« A l'intérieur des hôpitaux psychiatriques, ce n'étaient pas les personnes folles qui étaient enfermées - comme on le croit habituellement - mais des personnes malchanceuses auxquelles il est arrivé de se retrouver dans des situations difficiles. »

« Je pense que souvent, en plus du danger de l'opinion psychiatrique, la chose la plus dangereuse c'est quand une personne se résigne à se laisser convaincre elle-même qu'elle est malade. »

Le docteur Antonucci n'a jamais pratiqué de traitement forcé ni d'hospitalisation forcée, et n'a jamais prescrit de médicaments psychiatriques, car, a-t-il déclaré: « En tant que médecin, j'ai fait le serment d'Hippocrate de ne jamais nuire à une personne. »

Plus tard, Antonucci décrit les "calate", les expéditions de masse des citoyens italiens pour investiguer les salles psychiatriques et pour voir exactement comment les détenus étaient traités: « C'était la cause d'une grande disgrâce pour les médecins parce que les personnes, y compris les enfants, ont été trouvées attachées aux chaises ou aux lits et enfermés à l'intérieur de petites pièces. Et ainsi pour la première fois, toute une population composée de paysans, d'autorités locales, de travailleurs, de maires de canton, même un député parlementaire, tous ont remis en cause les asiles en tant qu'institution. »

La langue de Giorgio Antonucci est toujours très simple, sans mots difficiles, car il dit que ses paroles doivent toucher toutes les personnes. Le docteur Giorgio Antonucci croit en la valeur de la vie humaine et pense que c'est la communication, et non pas l'incarcération imposée ni les traitements physiques inhumains, qui peut aider une personne en difficulté - si la personne veut être aidée. 

A l'institution d'Osservanza (Observance) à Imola, en Italie, le docteur Antonucci a traité des douzaines de femmes dites schizophrènes, dont la plupart avaient été continuellement attachées à leurs lits ou maintenues dans des camisoles de force et lobotomisées avec des médicaments psychiatriques. 

Tous les traitements psychiatriques usuels ont été abandonnés, ainsi que les médicaments psychiatriques, sauf si une personne voulait continuer à les prendre. Le docteur Antonucci a libéré les femmes de leur confinement, en passant beaucoup d'heures par jour à discuter avec elles afin d'établir une communication. Il a écouté des récits d'années de désespoir et de souffrance institutionnelle.

Il s'est assuré que les patients soient traités avec respect et sans l'usage de médicaments psychiatriques. En fait, sous sa direction, le service a été transformé de la garde supposée la plus violente en un service autogéré. Après quelques mois, ses patients "dangereux" étaient libres, marchant tranquillement dans le jardin et dans les rues de la ville. La plupart d'entre eux ont été déchargés de l'hôpital et pourraient retourner chez leurs familles, mais si quelqu'un le voulait, il pouvait rester là-bas, et recevait deux clés: l'une pour la porte d'entrée et l'autre pour sa propre chambre. Ensuite, beaucoup d'entre eux ont appris à travailler et à s'occuper d'eux-mêmes pour la première fois dans leur vie.

Les résultats majeurs du Dr Antonucci ont aussi été obtenus pour un coût très inférieur. De tels programmes constituaient un témoignage permanent de l'existence à la fois de réponses authentiques et d'espoir pour les personnes gravement troublées.

Dacia Maraini, l'un des écrivains italiens les plus célèbres, dans une interview avec à Giorgio Antonucci, se demande pourquoi, compte tenu des bons résultats obtenus, il n'en est pas de même dans d'autres services que le sien: « Tout d'abord parce que c'est très fatiguant », répond Antonucci avec sa voix tranquille, « il m'a fallu cinq ans de travail très dur pour rétablir la confiance de ces femmes; cinq ans de conversations, même de nuit, de relation face à face. Ce n'est pas une technique, mais une façon différente de concevoir les relations humaines. »


Giorgio Antonucci et Dacia Maraini

« Quelle est cette nouvelle méthode qui concerne les ainsi-nommés "malades mentaux"?  » demande l'écrivain. « Pour moi, cela signifie que les malades mentaux n'existent pas et que la psychiatrie doit être complètement éliminée. Les médecins ne devraient traiter que les maladies corporelles. Historiquement en Europe, la psychiatrie est née dans une période où la société était organisée de manière plus stricte, et il fallait de larges déplacements de main-d'œuvre. Au cours de ces déportations, dans des conditions difficiles et hostiles, beaucoup de gens sont restés perturbés, confus, ne produisaient plus de produits et il fallut donc les mettre de côté. Rosa Luxemburg a dit: "Avec l'accumulation de capitaux et le mouvement des gens, les ghettos du prolétariat s'élargirent". »

Au 17ème siècle, lorsque la monarchie absolue (l'État) prend forme en France, les asiles sont appelés "centres d'hébergement pour les pauvres qui ennuient la communauté". La psychiatrie est venue ensuite, en tant que couverture idéologique. Dans le traité psychiatrique de Bleuler, l'inventeur du terme schizophrénie, il est écrit que les schizophrènes sont ceux qui souffrent de dépression, qui se tiennent debout sans bouger ou bien courent dans la cour. Mais que pouvaient-ils faire d'autre en tant que détenus? Finalement, Bleuler conclut involontairement: « Ils sont tellement étranges que parfois ils nous ressemblent ».

(traduit de l'anglais)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire