vendredi 4 août 2017

En Italie, nous n'avons pas de loi contre la torture, par Erveda Sansi, campagne prohibition absolue

En Italie, nous n'avons pas de loi contre la torture,

Par Erveda Sansi, 26 mars 2016

Campagne prohibition absolue des traitements forcés et des hospitalisations forcées.



Dessin de Vincenzo Iannuzzi

    En Italie, la situation dans le domaine psychiatrique, presque sans exception, a empiré depuis la période de remise en question de l'institution psychiatrique, au début des années soixante. Ensuite, l'Italie a été à l'avant-garde de la fermeture des hôpitaux psychiatriques. Non seulement Giorgio Antonucci, Franco Basaglia et de nombreux professionnels, mais aussi une bonne partie des personnes ordinaires, se sont rendu compte que les hôpitaux psychiatriques n'étaient pas des lieux de soins. La société civile, alors, était sensible à la question de la démolition de la culture d'asile. Des publications sont apparues, il y a eu un débat ouvert, les travailleurs et les étudiants se sont organisés et sont entrés dans les asiles pour voir les conditions dans lesquelles leurs concitoyens étaient enfermés. Ils ont protesté et dénoncé les conditions déplorables dans lesquelles les internés ont été forcés de vivre.

Cependant, depuis plusieurs années, nous observons un processus de réinstitutionnalisation et, en même temps, dans certains services psychiatriques de l'hôpital italien, sont survenus de nombreux faits déplorables, en raison du traitement forcé, de l'institutionnalisation et de la contention forcée. Certains de ces faits sont devenus connus et outrageants après que les comités et les parents aient demandé justice, comme dans le cas de l'enseignant bien-aimé Francesco Mastrogiovanni, 58 ans, qui a été débattu aussi sur les chaînes de télévision nationales. Francesco Mastrogiovanni, après un traitement psychiatrique forcé le 4 Août 2009, (en raison d'une infraction au code de la route: circuler, la nuit, dans une rue fermée à la circulation), a été placé sous sédation lourde, attaché au lit dans le service de l'hôpital psychiatrique de "Vallo della Lucania", et laissé mourir après quatre jours d'abandon. Pendant les 80 heures d'hospitalisation, il n'a été nourri que de solutions salines; Il était attaché les mains et les pieds au lit, dans une position telle que ses fonctions respiratoires étaient compromises et il était sous sédatifs avec des doses élevées de médicaments psychiatriques, sans surveillance du personnel. Aux poignets et aux chevilles, il y a des abrasions de 4 cm de large. Une caméra cachée a tout enregistré; la vidéo est dans le domaine public. Au procès, les médecins responsables ont été reconnus coupables et ont été condamnés à une détention de 3 et 4 ans, une peine qu'ils n'auront pas à servir, du fait des clauses atténuantes. Les 12 infirmières ont été acquittées parce qu'elles "ont obéi à un ordre". Le Comité vérité et la justice pour Francesco Mastrogiovanni, demande cette vérité et cette justice. Regardez également le film "87 ore gli ultimi giorni di Francesco Mastrogiovanni" (87 heures, les derniers jours de Francesco Mastrogiovanni), de Costanza Quadriglio.

En Italie, certaines morts dues à une hospitalisation forcée et / ou à une utilisation prolongée ou de courte durée de la contrainte mécanique et chimique ont été signalées par la presse, la télévision et le web (cela signifie qu'il y a beaucoup d'autres "incidents", dont nous n'avons pas connaissance):

27 octobre 2005: Riccardo Rasman meurt lors d'un traitement coercitif par les policiers, pour une hospitalisation contre son gré, dans un service psychiatrique de Trieste.

21 juin 2006: Giseppe Casu, coupable d'avoir voulu poursuivre son travail de marchand ambulant sur la place du village, meurt dans un hôpital psychiatrique de l'hôpital "Santissima Trinità" de Cagliari, à la suite d'une thromboembolie, après une hospitalisation forcée et ayant été lourdement sédaté. Il a été attaché aux mains et aux pieds au lit pendant 7 jours et a été sédaté avec de fortes doses de médicaments psychiatriques contre sa volonté.

28 août 2006: A.S. est admis le 17 Août 2006 dans le service psychiatrique de Palerme, pour des examens médicaux. A.S. est mort après 2 jours de coma, le 28 Août, probablement pour des doses excessives de médicaments psychiatriques.

26 mai 2007: Edmond Idehen, un homme nigérian de 38 ans, est allé volontairement dans le service psychiatrique de l'hôpital de Bologne "Istituto Psichiatrico Ottonello - Ospedale Maggiore Bologna". Comme il a essayé de quitter l'hôpital, parce qu'il ne se sentait pas pris en charge, les médecins l'ont obligé à rester, avec l'aide des policiers. Edmond Idehen est mort en conséquence d'une attaque cardiaque tandis que les infirmières et les policiers l'ont maintenu à terre. Il a également été fortement sédaté par des médicaments psychiatriques.

12 juin 2006: Roberto Melino, âgé de 24 ans, meurt pour une attaque cardiaque; Il est entré volontairement dans le service psychiatrique de l'hôpital "San Giuseppe" d'Empoli. Alors qu'il tentait de quitter l'hôpital, il a été forcé de rester par les médecins et obligé de prendre de fortes doses de médicaments psychiatriques, malgré ses difficultés de souffle évidentes et sérieuses.

15 juin 2008: Giuseppe Uva, âgé de 43 ans, a été amené dans un poste de police, car il conduisait en état de haut niveau d'alcoolémie. Là, il a été soumis à des mauvais traitements. Après 3 heures, il a été forcé à une hospitalisation obligatoire dans l'hôpital "Circolo" de Varese et a été obligé de prendre des médicaments psychiatriques. Il est mort en raison du stress provoqué par le mélange d'alcool et de médicaments psychiatriques.

30 août 2010: Lauretana La Coca, âgée de 32 ans, est entrée volontairement dans l'hôpital "Salvatore Cimino" de Termini Imerese. Après 10 jours d'hospitalisation, son état a empiré, jusqu'à ce qu'elle passe en état comateux et meurre.

Giuseppe D.: Un homme de plus de 70 ans a été interné dans la prison psychiatrique de Reggio Emilia. Son problème était que la fille du voisin était un psychiatre. Son avocat a intenté une action en justice devant la Cour européenne des droits de l'homme, mais jusqu'à maintenant il n'y a pas eu de réponse, de sorte que le groupe d'étudiants de Pise "Collettivo Antipsichiatrico Artaud", ainsi que "Telefono viola" de Milan, ont décidé de publier la documentation relative à cette affaire sur internet, selon la volonté de Giuseppe D., son avocat et ses proches.

2 avril 2010: Eric Beamont, âgé de 37 ans, le 2 avril 2010 a été hospitalisé à Lamezia. Au bout de 2 jours, il est entré dans le coma, de sorte que les médecins l'ont transféré dans l'hôpital "Pugliese-Ciaccio" de Catanzaro, où il est décédé. Il est suspecté que la mort d'Eric ait été causée par une forte dose de benzodiazépines. Le diagnostic était: hémorragie sous-arachnoïdienne [1]

28 mai 2015 Massimiliano Malzone est mort lors d'un traitement forcé.

11 juillet 2015 Amedeo Testarmata est mort pendant un traitement forcé.

29 juillet 2015 Mauro Guerra est décédé lors d'un traitement forcé.

5 août 2015 Andrea Soldi est décédée pendant un traitement forcé ...

Malheureusement dans cet article, nous n'avons pas décrit des événements isolés, mais une situation emblématique de violation des droits de l'homme dans les établissements psychiatriques italiens.

Ce ne sont là que quelques-uns des "incidents" qui ont été portés au grand jour, mais beaucoup d'entre eux ne sont pas connus quand ils se produisent, parce que, par exemple, des personnes qui vivent dans la solitude sont impliquées ou des personnes dont les proches ont donné leur consentement ou simplement lorsque les gens veulent se débarrasser d'une personne perçue comme ennuyeuse. A l'association "Il Cappellaio Matto" (le Chapelier Fou), nous voyons constamment des traitements psychiatriques forcés, au cours desquels les personnes traitées subissent de lourds dommages. Les traitements forcés sont souvent effectués sur demande de parents, lorsque les patients refusent de prendre plus longtemps les médicaments psychiatriques ou lorsque leur comportement est perçu comme perturbateur. Un de nos amis (IM) a essayé de s'échapper, mais il a été chassé et rempli de drogues; Peu de temps après, il a été retrouvé mort au fond d'un ravin. Il avait 40 ans. Un autre ami (AS) marchait sur un chemin entre les champs et a été arrêté par la police, parce qu'il était connu comme une personne "mentalement malade". Ensuite, ils ont appelé le psychiatre de service et lui ont dit: "Il se promenait près de la voie ferrée et aurait peut-être l'intention de se suicider"; Alors ils l'ont enfermé. Je connais cette personne, qui marche souvent dans les champs, où, cependant, il est facile d'être situé près du chemin de fer, en raison de la constitution du terrain. Il n'avait jamais l'intention de se suicider. Une autre de nos connaissances est morte, se jetant sous un train, terrifié par le fait que sa mère, selon le psychiatre, avait parlé d'un traitement psychiatrique forcé pour lui. Un autre (US) a souffert d'un harcèlement lourd, après avoir signalé le détournement de fonds de son supérieur, remarqué lors de ses fonctions de technicien municipal. Il a été soumis à un traitement psychiatrique forcé, enlevé par la police en équipement anti-émeutes. Pendant qu'il dormait, sa porte a été enfoncée, et il a été jeté sur le sol, face contre terre et menotté. Il dit qu'au moins ils auraient pu essayer d'ouvrir la porte, qui n'était pas verrouillée. Maintenant, il est terrifié et il craint même l'obscurité; Il est obligé de prendre des médicaments psychiatriques.

Nous ne pouvons pas penser à la désinstitutionnalisation avant d'avoir rejeté les règles qui permettent le traitement psychiatrique forcé, qui permettent de détenir une personne contre son gré, sans avoir commis de crime, sans avoir droit à un procès équitable, pour motif de dangerosité présumée et seulement parce que cette personne a été diagnostiquée avec une maladie mentale.

Ladite "loi Basaglia", loi n° 180 du 13.5.1978, complétée et réellement implémentée par les articles 33, 34, 35, 64 de la loi 833/1978, régit les "Accertamenti e Trattamenti sanitari volontari e obbligatori" ("Vérifications et traitements forcés de la santé"). En 1978, la loi n° 180 a imposé la fermeture des asiles, et l'élimination de la dangerosité et / ou du scandale public comme critères pour le traitement forcé. Mais dans la plupart des provinces italiennes, les asiles n'ont pas fermé leurs portes. Il fallait donc faire une autre loi (parce que ces asiles étaient trop coûteux), la loi n° 724 du 23.12.1994, art. 3, paragraphe 5, qui décrète que ces asiles devaient être fermés au 31.12.1996; A nouveau ignorée, et différée jusqu'à la fin de 1999. En 1996, les détenus en asile en Italie étaient 11.516 dans 62 asiles publics et 4.752 dans les asiles privés.

Selon l'article de cette loi n° 180, le traitement forcé et l'hospitalisation forcée associée, sont possibles si les conditions suivantes sont présentes: 
  1. Une personne "souffrant de maladie mentale" nécessite un traitement médical urgent; 
  2. Elle refuse le traitement; 
  3. Il n'est pas possible de prendre des mesures adéquates à l'extérieur des hôpitaux. 

Les traitements forcés ont une durée maximale de sept jours, mais peuvent être renouvelés si nécessaire et ensuite prolongés s'il persiste un besoin clinique motivé (ce n'est pas une exception que la durée soit prolongée pendant des mois et des années). Pour les traitements forcés et par conséquent la limitation de la liberté personnelle, il doit y avoir une demande signée par deux médecins, une validation administrative du maire est requise, suivie de la validation d'un contrôle judiciaire par le juge des tutelles.

La législation sur le traitement psychiatrique forcé offre une large marge d'arbitraire et contraste fortement avec la réglementation en matière de droits de l'homme, visant à préserver même les personnes handicapées des traitements inhumains et dégradants. Pour ceux qui commettent un crime, on s'attend à ce que l'autorité judiciaire, conformément à certaines règles de procédure spécifiques, sanctionne ou impose des mesures restrictives. Nous avons constamment des personnes innocentes dans le traitement psychiatrique forcé, qui ne peuvent plus trouver un moyen de sortir de l'établissement psychiatrique.

« Je dois avouer », a déclaré un psychiatre, « avoir une personne complètement en mon pouvoir, m'a fait ressentir une sorte de frisson sadique. »

En Italie, la CDPH (Convention ONU relative aux Droits des Personnes Handicapées) a été ratifiée en 2009. Mais à l'heure actuelle, nous n'avons pas de loi contre la torture, la torture n'est pas un crime, la torture n'est pas interdite en Italie. Donc, ceux qui torturent ne violent pas la loi. En attendant, beaucoup d'établissements psychiatriques intermédiaires (également appelés petits asiles) ont été construits. Ils sont publics ou privés et remboursés par l'Etat. Une très bonne affaire est derrière cela. Quelques autres exemples: Décret du président de la République de Lazio, Polverini, sur le système hospitalier du Latium: le nombre de lits dans les établissements psychiatriques augmente de 369 à 629; Plus de 70%. 50 lits pour la structure publique et 210 pour la structure privée enclencheront la mécanique de chronicisation des personnes.

260 lits = 90 000 jours de vie soustraits aux personnes pour un coût de 10 000 000 €.

Est-ce que la loi Basaglia ne prévoyait pas la fermeture des asiles?

« Professeur Antonucci, quel est, à ce jour, le statut de la mise en œuvre de la loi 180?  »

« - En dehors d'un seul cas exceptionnel, ce qu'a proposé Franco Basaglia n'est pas réalisé, mais on continue une entreprise que Basaglia n'approuverait évidemment pas: les interventions autoritaires, s'emparer des personnes de force et les emmener dans les cliniques psychiatriques, qui sont la continuation de l'asile. L'asile a été établi par l'intervention autoritaire: je prends une personne contre sa volonté, puis je la soumets à une série d'interventions forcées, qui sont l'essence de l'hôpital psychiatrique. » (http://www.psicoterapia.it)

La situation déplorable des six hôpitaux psychiatriques judiciaires est devenue plus visible, après l'inspection surprise faite par un comité parlementaire. Les vidéos des visites, montrées par la télévision nationale, et les communiqués de presse se trouvent sur le web. Un rapport parlementaire avait déjà été réalisé en juin 2010, mais les photographies montrent une situation qui, jusqu'à présent, n'a pas encore changé. Les personnes détenues depuis des décennies pour des infractions mineures, dont la peine aurait expiré depuis longtemps, si elle n'avait pas été renouvelée à plusieurs reprises et automatiquement.

Ci-dessous, nous rapportons certaines données extraites du texte du rapport parlementaire sur l'inspection de juin 2010 des 6 prisons psychiatriques italiennes (institutions judiciaires) encore actives (le sénateur Ignazio Marino, médecin, a été président du Comité d'enquête sur le Système national de soins de santé). Après la "loi Basaglia" de 1978, les asiles devaient être fermés, mais les 6 prisons psychiatriques mentionnées ci-dessus continuent à faire le même travail. Le sénateur Marino était également préoccupé par l'augmentation des électrochocs (à partir de 9 établissements autorisés à donner des électrochocs avant 2008, nous avons maintenant plus de 90 établissements psychiatriques qui dispensent l'ECT).

Les règlements et les logiques qui gèrent ces prisons psychiatriques (institutions judiciaires), (en italien OPG-Ospedale Psichiatrico Giudiziario), sont les mêmes hérités par le code fasciste Rocco (1934). 40% des 1500 condamnés réels auraient déjà été libérés, les durées de détention ayant expiré, mais ils voient leurs fins de peine reportées au nom de leur prétendue dangerosité sociale.

Neuf personnes par cellule, des salles de bains et draps de lit sales; Des blouses d'infirmières sales aussi. Dans Barcellona Pozzo di Gotto (Messina), 329 condamnés sont surpeuplés dans des cellules construites en 1914. De la saleté partout. Un patient a été retrouvé nu, attaché à son lit, avec un hématome sur la tête. Aversa, construit en 1898: 320 personnes enfermées six par cellule, dans des conditions inhumaines.

NAS (Antisofistication and health nucleus of Carabinieri (Police)) a signalé et dénoncé tout cela au parquet, mais ce bureau est souvent constitué des mêmes personnes qui condamnent les patients à vie.

Dans le Secondigliano OPG, la prison psychiatrique est à l'intérieur du centre. Ici, demeure depuis 25 ans un patient qui a reçu une sentence de deux ans. Les brûlures et les yeux noirs ne sont pas rapportés dans le journal clinique. Les pieds et les mains sont gangrenés.

Au Montelupo Fiorentino OPG, ils sont 170 dans dans un bâtiment très délabré. Dans le Reggio Emilia OPG, ils sont 274 où ils devraient être 132. 3 douches servent à 158 ​​patients. L'un est lié à son lit depuis 5 jours pour des raisons disciplinaires. 3 dans 9 mètres carrés. « L'OPG (prison psychiatrique) est l'une des "zones de silence" », explique Alberto, du Collectif Antipsychiatrique de Pise dédié à Antonin Artaud, « et ils montrent l'usage politique de la psychiatrie. La consommation de médicaments psychiatriques est de plus en plus promue, l'électrochoc revient "à la mode", peut-être pour "guérir la dépression post-partum". Et une loi est en embuscade afin de faire passer les conditions d'hospitalisation forcée de 7 à 30 jours. » Après que le scandale fut mis au grand jour, le 17 janvier 2012, le Comité judiciaire du Sénat a approuvé à l'unanimité la fermeture définitive de l'OPG avant le 31 mars 2013. La clôture a été prolongée jusqu'au 31 mars 2015. Après la fermeture des installations en 2015, selon la loi Décret n° 211/2011, convertie en loi n° 9/2012, elles ont été remplacées par des résidences pour l'exécution des mesures de sécurité (R.E.M.S.). Nous devons fermer les hôpitaux psychiatriques judiciaires, au lieu de changer leur nom. Si nous ne fermons pas ces lieux une fois pour toutes, nous ne pouvons pas parler de désinstitutionnalisation. Ne les fermez pas pour transférer leurs utilisateurs vers d'autres institutions psychiatriques, mais pour redonner à ces personnes leur dignité de vie.

Une recherche (source: British Medical Journal) menée dans 6 pays européens (Italie, Espagne, Angleterre, Pays-Bas, Suède, Allemagne), qui ont fermé les asiles dans les années 70, a montré, entre 1990 et 2003, une augmentation du nombre de lits dans Les hôpitaux psychiatriques judiciaires, dans les services psychiatriques, et dans les maisons dites "sécuritaires" (safe houses). Les logements avec soutien (ou thérapeutiques) sont considérés comme une alternative aux asiles, comme un signe de désinstitutionnalisation, mais ils sont plutôt comme une forme d'institutionnalisation. Les traitements forcés augmentent également. La raison pour laquelle le nombre de lits a augmenté dans les hôpitaux psychiatriques judiciaires n'est pas claire, puisqu'il n'y a pas de corrélation entre les crimes comme les homicides et les personnes dé-institutionnalisées.

Il serait important d'élargir la prise de conscience que les traitements forcés, comme la contrainte sont des actes anti-thérapeutiques, qui rendent les guérisons plus difficiles, plutôt que de les faciliter. La contrainte physique n'est pas exercée seilement dans le domaine de la psychiatrie. Les domaines d'intervention où il convient de discuter du problème de la légitimité, de l'utilité et de la pertinence de la contrainte physique ne se limitent pas aux hôpitaux, mais aussi aux établissements de soin pour personnes âgées, aux communautés thérapeutiques pour toxicomanes et aux établissements de soins pour personnes handicapées liées à des déficiences congénitales ou précoces. Une amélioration de la pratique infirmière psychiatrique, caractérisée par la renonciation à la contrainte physique, constituerait un signal fort pour détecter le problème également dans d'autres environnements, incitant ceux qui travaillent dans ce domaine à agir avec des pratiques similaires, plutot qu'avec des pratiques restrictives.

En ce qui concerne les médicaments psychiatriques, il existe des règles de la Convention sur les droits de l'homme, qui exigent le consentement pleinement informé de l'utilisateur, avant de les administrer, même si la personne est handicapée. La plupart des médicaments psychiatriques sont prescrits pendant longtemps, parfois pour la vie, sans informer l'utilisateur sur leurs effets et sans aucune aide dans la résolution de ses problèmes réels et existentiels. Les médicaments psychiatriques peuvent causer des maladies neurologiques, qui deviennent parfois irréversibles. L'akathisie, la dyskinésie, sont des effets très désagréables et peuvent jeter une personne dans le désespoir. Souvent, l'utilisateur est encouragé à continuer de prendre les médicaments même s'il demande à les arrêter, et il est presque impossible de trouver des professionnels qui aident et donnent des directives pour le sevrage. Peter Breggin, un psychiatre qui travaille avec des institutions comme l'OMS (Organisation mondiale de la santé) et la FDA ("Food and Drug Administration" américaine), a écrit des centaines de pages sur les effets néfastes des médicaments psychiatriques. Peter Lehmann, qui a testé les effets des drogues sur lui-même lors de son hospitalisation dans une clinique psychiatrique, a publié et continue de publier les résultats de ses recherches pour lesquels il utilise la littérature pharmaceutique et médicale. L'effet des médicaments psychiatriques est connu, mais l'industrie au milliard de dollars derrière ceux-ci est trop importante pour perdre ce marché. Peter Lehmann est le premier survivant de la psychiatrie à recevoir un diplôme d'honneur, qui lui a été conféré par la faculté de psychologie clinique de l'Université Aristotele de Thessaloniki, pour son travail de chercheur et de militant dans le domaine de la santé mentale.

Une personne qui commence à prendre ces médicaments, dans la plupart des cas, sera amenée à les prendre à vie, car ils créent des problèmes de dépendance. L'utilisateur psychiatrique développe une forte dépendance envers le service psychiatrique aussi. Pour les psychiatres, le défaut de compliance au traitement lui-même est en fait interprété comme une aggravation de la maladie. Ensuite, le conditionnement prend place, et va dans la direction de la dépendance aux services psychiatriques, de devenir "comme un enfant" et "patient chronique".

Bien que dans presque tous les pays européens, les asiles et les hôpitaux psychiatriques aient été éliminés ou substantiellement réduits, cela ne signifie pas que dans les nouvelles structures post-asile, les dispositifs propres aux asiles aient été éliminés. Les personnes sont, à quelques exceptions près, complètement sédatées par des médicaments psychiatriques, même si apparemment il existe des programmes mis en place tels que l'art thérapie. L'ingestion de médicaments psychiatriques est également encouragée pour rendre l'utilisateur inconscient.

Erwin Redig, un survivant psychiatrique allemand, déclare: « Il y a des personnes qui font pression sur nous pour nous forcer à les prendre (médicaments psychiatriques). Si nous ne les prenons pas, nos changements les gênent. Si tel est notre cas, nous devons nous convaincre nous-mêmes que nous avalons les drogues pour le bien-être des autres, parce qu'ils nous trouvent désagréables si nous ne le faisons pas. »

« Le dispositif pour "mal-être complexe", qui opère dans une petite résidence, agit plus largement dans la société ». Les médicaments neuroleptiques affectent la pensée, bloquent le flux de pensées et rendent les personnes "plus plates". Je rapporte les mots d'un professionnel de la santé: « Dès que les médicaments psychiatriques sont administrés aux personnes, ils sont éteints littéralement. Dans quelle mesure est-il juste d'annuler la personne? » Bien que dans les pays européens, la psychiatrie asilaire et l'hospitalisation psychiatrique des utilisateurs aient cédé la place aux communautés, la culture de l'établissement psychiatrique n'a pas changé. Les habitudes d'asile demeurent actives. Mais surtout, il existe encore une mentalité d'asile, il est donc important pour tout le monde de savoir combien la mentalité de chacun est cruciale pour créer ou ne pas créer des dispositifs qui appartiennent à l'institution psychiatrique; Dispositifs opérationnels qui constituent un module opérationnel généralisé: les "structures intermédiaires résidentielles", prévues en Italie par la loi de 1983, auraient du être spécifiquement de nature provisoire; Par conséquent, ils ne devraient pas constituer ni une admission définitive ni un lieu final pour l'hospitalisation forcée; Ils auraient dû être des logements de transition, qui puissent briser les préjugés et les logiques d'exclusion. En mars 1999, par un décret spécial, les régions italiennes ont imposé la fermeture définitive des asiles, sous la menace de fortes sanctions économiques, car, malgré la naissance, sur le papier, des nouveaux "services locaux", les hôpitaux psychiatriques étaient encore surpeuplés de patients.

Dénommées de l'épithète dérogatoire de "résidus d'asile", pour ces personnes dont personne ne voulait, les structures résidentielles représentaient une illusion de liberté; Elles se sont fondées pour être encore dans une institution psychiatrique. « Beaucoup de patients », écrit l'un d'entre eux dans une autobiographie, « n'ont jamais été aussi bien en termes de confort, mais néanmoins ils sont dans une effroyable désolation ».

Un besoin induit de sécurité, la défense d'un malade mental potentiellement dangereux qui, à tout moment, pendant une crise, pourrait commettre des actes odieux contre d'autres personnes ou contre lui-même: rapidement, sur la base de ce besoin et de ces faux fondements scientifiques, nous construisons le mythe du besoin d'institutions psychiatriques post-asiles. Si nous ne réussissons pas à nous débarrasser des préjugés psychiatriques, l'institution de "santé mentale" demeure. Il existe de nombreuses alternatives poursuivies par des individus, des associations ou des institutions, mais elles sont délibérément ignorées. La responsabilité de résoudre les problèmes d'institutionnalisation ne dépend pas uniquement des psychiatres ou des professionnels de la santé mentale, mais à l'ensemble de la société civile. Tout le monde contribue à la mentalité d'asile. Les utilisateurs y compris, qui ont intériorisé le diagnostic psychiatrique et ne peuvent plus vivre sans cela.

Mary Nettle, présidente d'ENUSP (European Network of Users and Survivors of Pasychiatry) jusqu'en 2010, s'attend à une implication croissante des utilisateurs et des survivants de la psychiatrie dans les recherches sur la psychiatrie; Alors qu'ils sont souvent exclus ou non payés sous prétexte qu'ils ne sont pas des professionnels.

Bien que de nombreux exemples existent qui prouvent que vous pouvez accompagner une personne dans les troubles à sortir de ses problèmes, par le dialogue et le soutien dans la résolution des difficultés objectives et matérielles, et de l'aider à prendre conscience de ses propres droits, ces expériences et leurs résultats positifs continuent à être délibérément ignorés.

(traduit de l'anglais)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire