jeudi 9 juin 2022

Oviedo est "suspendu". Les personnes handicapées ont gagné. 😊

Le protocole additionnel à la Convention d'Oviedo est ce projet européen de législation qui s'opposait à la Convention CDPH de l'ONU, en particulier en autorisant la psychiatrie forcée.

Grâce au travail des associations de personnes handicapées, l'adoption de ce projet est "suspendue". 

On a gagné!  😊

 

La déclaration commune des associations (en anglais).

https://www.edf-feph.org/joint-statement-welcoming-the-suspension-of-the-adoption-of-the-draft-additional-protocol-to-the-oviedo-convention/




#WithdrawOviedo

mercredi 8 juin 2022

Événement parallèle « Recours & Réparations pour victimes de l’institutionnalisation » à la Conférence des États-Parties sur la CDPH de l’ONU

A l’initiative de Tina Minkowitz, se tiendra un événement parallèle lors de la « COSP » (Conférence des États-Parties sur la CDPH de l’ONU), voir :

https://www.un.org/press/fr/2022/mer2141.doc.htm#:~:text=NEW%20YORK%2C%201er%20juin%20(Division,13%20au%2017%20juin%202022


Quoi : Événement parallèle « Recours & Réparations pour victimes de l’institutionnalisation »

Quand : mardi 14 juin 2022, de 16h00 à 17h15 (CEST)

Quel agenda : COSP15

Organisateurs : Center for the Human Rights of Users and Survivors of Psychiatry, en collaboration avec Transforming Communities for Inclusion et Validity Foundation

Format : Distanciel par Zoom

Description:

L’institutionnalisation crée des préjudices à de nombreux niveaux. La réparation est à la fois une obligation des États en vertu du droit international, et plus généralement, une façon de penser à une transformation de la société pour réparer ces préjudices à la racine et aller de l’avant ensemble.

Les membres de ce panel, dont certains sont des survivant(e)s de l’institutionnalisation, aborderont des questions clefs pour sensibiliser et amener ce débat plus loin, notamment parmi les survivants et les personnes vivant actuellement en institution ou présentant un risque élevé d’institutionnalisation.

 
Document de référence : Projet de Lignes directrices sur la désinstitutionalisation, paragraphes 113-121 (version française disponible)

https://www.ohchr.org/en/calls-for-input/calls-input/call-submissions-draft-guidelines-deinstitutionalization-including


Questionnaire destiné aux survivants : https://www.reimaginingcrisissupport.org/reparations (version française disponible)

Intervenants confirmés :

Bhargavi Davar, Directrice Exécutive, Transforming Communities for Inclusion
Víctor Lizama, Red Orgullo Loco México
Hege Orefellen, Avocate
Lu Han, Chargée de programme, Open Society Foundations
Ann Campbell, Co-Directrice Exécutive, Validity Foundation
Steven Allen, Co-Directreur Exécutif Co-Executive Director (Advocacy), Validity Foundation
Organisatrice : Tina Minkowitz, Présidente, Center for the Human Rights of Users and Survivors of Psychiatry

Interprétation simultanée en anglais, espagnol, chinois et français. Sous-titrage en anglais.


Pour vous inscrire :

https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_GNZVe2jmST6zMqBDVdAWXw

 

N’hésitez pas à faire circuler dans vos réseaux !

mercredi 20 avril 2022

Questionnaire pour les personnes survivantes après institutionnalisation psychiatrique, par Tina Minkowitz.

 Tina Minkowitz est une survivante et une avocate des droits de l’homme, qui porte un intérêt aux réflexions collectives au sujet des réparations qui sont dues à la suite des institutionnalisations psychiatriques.  Les réponses à ce questionnaire fourniront des informations pour son travail juridique et de politiques à ce sujet.  Chaque personne survivante qui aura communiqué son adresse email sera invitée à en discuter plus avant.

Les réparations pour les violations des droits de l’homme et du droit humanitaire sont reconnues comme une obligation des états dans la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies, dont le lien suit: https://undocs.org/A/RES/60/147. Les formes de réparation sont : satisfaction, garanties de non-répétition, restitution, réadaptation et indemnisation. Ce dispositif légal peut nous être utile pour réfléchir à propos de ce que nous voulons et sur nos besoins en tant que personnes survivantes.

Le questionnaire est disponible en français et dans d'autres langues en suivant ce lien:

https://www.reimaginingcrisissupport.org/reparations


dimanche 17 avril 2022

Maltraitance au méthylphénidate en pédopsychiatrie: les chiffres en France

Une étude française récente [0] montre que les prescriptions de méthylphénidate en pédopsychiatrie ont augmenté de 116% en 10 ans. Ces maltraitances sont pratiquées sur les plus jeunes, dès 6 ans selon l'AMM [11], mais cela n'est même pas respecté en pratique.

Extrait du résumé de l'étude:

"Entre 2010 et 2019, la prescription de méthylphénidate a augmenté de +56 % en incidence et de +116 % en prévalence. Chez les 3–17 ans, cette prévalence a été estimée en 2019 entre 0,61 % et 0,75 % de la population pédiatrique. Cette consommation concerne essentiellement les garçons (82,5 % à 80,8 % au fil de la période). La durée médiane de traitement chez les enfants de 6 ans en 2011 était de 5,5 ans. Les enfants les plus jeunes sont ceux pour lesquels les durées de traitement sont les plus longues. Le nombre de délivrances annuelles par patient a augmenté entre 2010 et 2019 et ceci suggère une augmentation des durées de traitement. Les diagnostics associés à la prescription de méthylphénidate ne correspondent pas toujours à l’indication thérapeutique, ni à l’Autorisation de mise sur le marché. Parmi les enfants recevant une première prescription de méthylphénidate, 22,8 % se sont vu prescrire un ou plusieurs autres médicaments psychotropes dans la même année. Ces co-prescriptions ont été, le plus souvent, hors AMM et hors recommandation."

 

Il n'y a pas de justification scientifique à ces prescriptions chez l'enfant.

Pour rappel:

- Un enfant qui n'a pas encore la maturité pour suivre une classe n'est pas un enfant malade. On doit respecter son rythme de développement. L'étude précise: "Les enfants et adolescents les plus jeunes de leur classe (nés en décembre plutôt qu’en janvier) ont plus de risque de se voir prescrire du méthylphénidate (+54 % en moyenne au fil de la période)."

- Une pédagogie inadaptée n'est pas une maladie de l'enfant. Prendre exemple sur le modèle éducatif pratiqué en Finlande.

- Une famille dysfonctionnelle, la pauvreté, l'insécurité, etc, ce n'est pas une maladie de l'enfant. L'étude précise: "Les enfants issus de milieux défavorisés présentent aussi un risque accru de médication."

- Le TDAH (Trouble de déficit de l'attention et hyperactivité) est seulement un concept. Le "diagnostic" ne repose sur rien [8]. Les questionnaires ne valent rien. Entre un tiers et la moitié des personnes est positive au test de l'OMS. Faites le test vous-même et "diagnostiquez" vous les uns les autres [9].

- Sur le papier, le "traitement" de ce trouble passe avant tout par une prise en charge éducative, sociale et psychothérapeutique [10]. Mais l'étude explique que cela est négligé: "Le suivi éducatif et psychothérapeutique par les CMPP a fortement diminué entre 2010 et 2019 pour les enfants recevant du méthylphénidate (de 4,1 % à 0,8 %)."

- Le méthylphénidate est un produit neurotoxique [1]. Le méthylphénidate produit des altérations visibles de l'imagerie du cerveau chez l'enfant [3]. Les conséquences d'un traitement au méthylphénidate sur le développement du cerveau de l'enfant ne sont pas connues. Le méthylphénidate donne des pertes neuronales et astrocytaires au niveau du cerveau dans les études faites sur les rats [2].

- Les essais mis en avant portent sur le court terme, mais les résultats de long terme sont désastreux

- La prescription fabrique des maladies mentales: Dans l'étude citée, les prescripteurs ont ajouté un second psychotrope à l'intoxication de l'enfant dans 22,9% des cas, et ce sont des neuroleptiques dans 65,5% des cas et des anxiolytiques dans 35,5% des cas. Les résultats de long terme du traitement par méthylphénidate des enfant suggèrent des risques accrus d'addiction, de suicide, et d'hospitalisation psychiatrique [7]. Le méthylphénidate donne des tics et des troubles obsessionnels compulsifs chez certains enfants [6].

- La prescription de psychostimulants pour TDAH accroit le risque ultérieur de maladie de Parkinson et de maladies du cervelet [4].

- A long terme, les enfants qui restent sous méthylphénidate ont un déficit de croissance osseuse de 1.38 cm par an en moyenne [5].

- Effets secondaires immédiats: troubles cardiaques et vasculaires, troubles du sommeil, aggressivité, psychose (notice FDA).

- Dépendance et accoutumance (document ANSM).


La situation s'aggrave

Aujourd'hui, la France maltraite encore plus ses enfants que les autres pays européens:  

"Dans les pays européens et en Amérique du Nord, le taux de prescription de psychotropes pour le TDAH s’est stabilisé ou montre une nette tendance à la stabilisation depuis 2008. En France, au contraire, ce taux est en croissance continue, si bien qu’en 2019, il a atteint un niveau supérieur à d’autres pays européens comme la Grande Bretagne."

Epargnez aux enfants ce traumatisme et cette intoxication chronique pratiquée en violation des droits de l'enfant. Partagez s'il vous plait.


Références:

[0] S. Ponnou, H. Haliday, B. Thomé, F. Gonon,
La prescription de méthylphénidate chez l’enfant et l’adolescent en France : caractéristiques et évolution entre 2010 et 2019, Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence, 2022, ISSN 0222-9617,
https://doi.org/10.1016/j.neurenf.2022.01.003.

[1] Carlezon WA, Konradi C, Neuropharmacology, 2004
Understanding the neurobiological consequences of early exposure to psychotropic drugs: linking behavior with molecules
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0028390804001820

[2] Schmitz, F., Pierozan, P., Rodrigues, A.F. et al. Mol Neurobiol (2016). doi:10.1007/s12035-016-9987-y
http://link.springer.com/article/10.1007/s12035-016-9987-y

[3] White Matter by Diffusion MRI Following Methylphenidate Treatment: A Randomized Control Trial in Males with Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder
Cheima Bouziane, Olena G. Filatova, Anouk Schrantee, Matthan W. A. Caan, Frans M. Vos, and Liesbeth Reneman
Radiology 2019 293:1, 186-192
https://pubs.rsna.org/doi/10.1148/radiol.2019182528

[4] Curtin, K., Fleckenstein, A.E., Keeshin, B.R. et al. Increased risk of diseases of the basal ganglia and cerebellum in patients with a history of attention-deficit/hyperactivity disorder. Neuropsychopharmacol 43, 2548–2555 (2018).
https://doi.org/10.1038/s41386-018-0207-5

[5] Swanson, 2006 Stimulant-Related Reductions of Growth Rates in the PATS
http://doi.org/10.1097/01.chi.0000235075.25038.5a

[6] Breck G. Borcherding, Cynthia S. Keysor, Judith L. Rapoport, Josephine Elia, Janet Amass,
Motor/vocal tics and compulsive behaviors on stimulant drugs: Is there a common vulnerability?,
Psychiatry Research, Volume 33, Issue 1, 1990, Pages 83-94, ISSN 0165-1781.
https://doi.org/10.1016/0165-1781(90)90151-T.

[7] The Rights of Children and Parents In Regard to Children Receiving Psychiatric Diagnoses and Drugs
Peter R. Breggin 17 April 2014
https://doi.org/10.1111/chso.12049

[8] Mental health survival kit and withdrawal from psychiatric drugs (2020) Peter C. Gøtzsche
https://www.deadlymedicines.dk/books/

[9] Le test du TDAH proposé par l'OMS en français.
https://www.hcp.med.harvard.edu/ncs/ftpdir/adhd/18Q_French_final.pdf

[10] Serge Cannasse commente l'étude française dans Medscape medical news, 2022
https://www.medscape.com/viewarticle/972129

[11] Base de données publique du médicament.
https://base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr/extrait.php?specid=68296221

 

vendredi 8 avril 2022

La formation "Quality Rights" en ligne de l'OMS est disponible en français. Lancement le 12 avril.

Le 12 avril à 15h, lancement mondial de la formation "Quality Rights" en ligne, maintenant disponible en français. 

C'est l'initiative de l'OMS pour former les personnes et les professionnels à des pratiques respectueuses des droits des personnes, par l'équipe du Dr Michelle Funk.  

C'est pour chacun, c'est en français et c'est gratuit! Un diplôme est délivré à la fin de la formation. 

Cliquez le lien ci-dessous pour vous inscrire à la formation

https://humanrights-etrain-qualityrights.coorpacademy.com/signup


Replay de l'évènement de lancement (sous-titré anglais):

https://www.youtube.com/watch?v=Y-saZ0ZtTS4

L'évènement de lancement est sur la page Facebook du CCOMS de Lille:

https://www.facebook.com/SanteM.EPSMlmCC



mercredi 9 mars 2022

Lettre ouverte aux candicats à la présidentielle française des 10 et 24 avril 2022

Madame, Monsieur,

Notre Collectif d'usagers, ex-usagers et survivants de la psychiatrie vous demande d'intégrer à votre programme la bonne approche du handicap.


Nous pensons que la politique du handicap ne doit pas être dictée par les professionnels mais basée sur les droits de l'homme.


Nous demandons la mise en œuvre des Observations finales concernant le rapport initial de la France, publiées le 4 Octobre 2021, réf. CRPD/C/FRA/CO/1, par le Comité de la Convention relative aux Droits des Personnes Handicapées de l'ONU (CDPH).
https://tbinternet.ohchr.org/_layouts/15/treatybodyexternal/Download.aspx?symbolno=CRPD%2fC%2fFRA%2fCO%2f1&Lang=en


En particulier, ce sont les personnes handicapées qui déterminent ce qui est approprié pour elles-mêmes et ce qui ne l'est pas.


Pour la protection des personnes, la recommandation est de passer des systèmes de prise de décision substitutives à des dispositifs de prise de décision accompagnées. (Article 12 de la Convention.)


L'association Santé Mentale Europe montre la mise en œuvre de ces réformes dans différents pays dans ce document de 2020.

https://www.mhe-sme.org/wp-content/uploads/2020/06/Report-ENNHRI-and-MHE-Implementing-supported-decision-making.pdf
 

En ce qui concerne le handicap psychosocial, nous demandons la non-coercition, (articles 14 et 15 de la Convention) et l'aide au sevrage des médicaments psychiatriques.

L'OMS a publié un dossier avec des formations en ligne à la désescalade et à la non-coercition ainsi qu'un guide des bonnes pratiques en 2021.

Le dossier: https://www.who.int/publications/i/item/guidance-and-technical-packages-on-community-mental-health-services

Le guide: https://www.who.int/news-room/feature-stories/detail/community-based-mental-health-services-using-a-rights-based-approach


En vous souhaitant bonne réception,

Nous vous prions d'agréer, Madame, Monsieur, l'assurance de nos respectueuses salutations.

Collectif Arrêt des Traitements Forcés,
http://depsychiatriser.blogspot.com/

jeudi 17 février 2022

L'électrocution cérébrale n'est pas thérapeutique

Les électrochocs endommagent le cerveau avec des pertes de mémoire définitives.

Même leur "efficacité" de court terme n'est pas démontrée.

 

Etude 15/2/2022.

Read, J. (2022). A response to yet another defence of ECT in the absence of robust efficacy and safety evidence. Epidemiology and Psychiatric Sciences, 31, E13. doi:10.1017/S2045796021000846

Accès libre en suivant ce lien: https://www.cambridge.org/core/journals/epidemiology-and-psychiatric-sciences/article/response-to-yet-another-defence-of-ect-in-the-absence-of-robust-efficacy-and-safety-evidence/A9E878F53979A44ED9E5FF0DC269C187#.YgtjXHbG4Zk.twitter