vendredi 2 février 2018

France: La ministre de la santé relance la machine à droguer avec un tissu de contradictions

La ministre de la santé s'exprimait au congrès du journal l"Encéphale, le 26 janvier dernier, pour présenter son plan d'action en faveur de la psychiatrie.

La vidéo est ici:
https://www.youtube.com/watch?v=HmH98N_4SQQ&feature=youtu.be

Il me semble que la ministre nous livre un tissu de contradictions, une idéologie anachronique, qui apparemment sert à vendre un retour en arrière vers le droguage éventuellement forcé d'au moins un quart de la population, en commençant par les enfants, avec un projet d'augmentation constante.

Le résultat d'une telle politique sera invariablement de fabriquer une épidémie de dépendances aux produits psychiatriques et son cortège de suicides, de passages à l'acte violents, de droits de l'homme piétinés, de maladies iatrogènes et de destruction programmée des personnes qu'on aura désignées pour être les boucs émissaires de notre incompétence au dialogue.

Les chimiothérapies psychiatriques utilisées produisent des syndromes de sevrage retardés et sévères, et fabriquent des psychoses aigües et des conditions de psychose chroniques qu'on entretient indéfiniment par des prescriptions cumulatives, associées à des séquelles neurologiques plus ou moins irréversibles. Ce sera aussi le découragement sans fin des personnels contraints à ne pas aider mais à maintenir les usagers dans les pièges des dépendances prescrites.

Le désastre sanitaire prévisible d'une telle politique n'est pas mesurable par rapport aux souffrances humaines qu'elle va engendrer.

Big Pharma conçoit et promeut l'idéologie psychiatrique


Voilà comment la ministre s'y prend pour servir les intérêts des laboratoires pharmaceutiques au détriment de la santé publique et des droits de l'homme:


- Confusion idéologique:

En 11.30, la ministre avoue que tout est bidon dans le modèle médical de psychiatrie biologique, qu'elle promeut, et qui consiste à interpréter toute espèce de demande psycho-sociale, toute espèce de dysfonctionnement des relations inter-humaines, comme une "maladie du cerveau" d'une personne désignée comme "malade", qu'il convient de "diagnostiquer", de "pronostiquer" et de "traiter" par des produits neurotoxiques, la chimiothérapie, la camisole chimique et la lobotomie chimique. La ministre semble croire dur comme fer à la "prévention" et au "dépistage" de cette "maladie" supposée du cerveau.

Je cite: « L'étiologie structurelle des diagnostics psychiatriques reste inconnue. Aucun bio-marqueur n'est identifié. Nous ne savons pas ou peu établir de pronostics. Les connaissances neuro-scientifiques n'ont jamais permis un nouveau traitement psychiatrique sur la base d'hypothèses physiopathologiques. »

C'est à dire qu'il n'existe même pas de simples hypothèses physiopathologiques sur ces fameuses "maladies du cerveau". Encore moins une caractérisation anatomopathologique. Mais cette pseudoscience est alimentée par plus de 60 ans de réinvestissement des bénéfices réalisés par les laboratoires pharmaceutiques dans la conception et la promotion de l'idéologie.

La ministre nous engage alors, françaises et français, dans sa croisade personnelle, dans sa guerre (ce sont ses mots), pour redorer le blason de la psychiatrie française, sur un modèle complètement dépassé qui est celui du 19ème siècle.

Car la ministre croit passionnément à la "médecine de l'âme", une expression qu'elle emploie en 12.52, 27.22, 27.46. Elle pourra donc nous enseigner sa métaphysique, et nous permettre de disséquer l'organe de l'âme, qu'elle semble connaître si bien.






- Premières victimes les enfants:

Ce discours s'attaque lourdement aux enfants. La ministre veut recruter les enseignants dans son exorcisme national des démons de la "maladie mentale". C'est plus facile, n'est ce pas, de les droguer au berceau, ceux qui ne peuvent pas se défendre de notre cécité collective à reconnaitre le déficit d'attention parentale ou une pédagogie inadaptée. Les enfants de France feront les frais de notre non-sens d'adulte, en une projection fatale de nos échecs à la décence humaine. Les dégats des neurotoxines utilisées par la chimiothérapie psychiatrique sont extrêmements graves quand ils sont administrés aux enfants, c'est le viol de leur corps et de leur psyché. La règle de base en pédiatrie est de ne jamais prescrire de médicament sans preuve biologique ni nécessité absolue, mais seulement des placebos.




- Reconduction de l'absurde, encouragement à l'incompétence:

L'incompétence de ce discours me semble accablante: en 22.08 la ministre confond le syndrome de sevrage consécutif à une baisse de produit psychiatrique avec la supposée "rechute" d’une supposée "maladie", de l'âme bien entendu, qui est située dans le cerveau, n'est ce pas...

Plus loin, la ministre interpréte la faillite progressive de la chimiothérapie, par mécanisme de tolérance, comme une supposée "aggravation clinique" de la supposée "maladie de l'âme".

La ministre a affaire à des "malades". C'est sa philosophie. Elle se base sur l'entéléchie d'Aristote, pure métaphysique (12.52), pour déterminer que votre âme est malade, et considère en même temps que tout "dualisme" entre le "somatique" et le "psychiatrique" est artificiel... Ce discours ahurissant déterminera la vie des personnes et la production d'expertises devant les magistrats qui serviront à les priver de leurs droits humains élémentaires.

La ministre semble tout à fait déterminée à imposer à tous son incompétence: chaque étudiant devra faire un stage dans la pseudoscience psychiatrique. Elle veut s'assurer qu'on "diagnostiquera" précocément que votre âme est malade, n'est ce pas, afin de garantir un "traitement" chimiothérapeutique de celle-ci fait sans rupture, et basé sur la "confiance" forcée dans ce charlatanisme d'état violent et destructeur (21.57).


- Complet mépris des usagers 

Apparemment pour la ministre il n'existe pas d'usagers, mais il existe des "malades". En 17.44 elle nous livre un lapsus significatif : la ministre prône la "détection" de ces "malades", euh de ces "victimes" de "psychotraumatismes".

Pour autant que je puisse en juger ce plan a été élaboré avec la présence purement symbolique d'une association d'usagers agréée en vertu de sa soumission à l'idéologie gouvernementale. C'est une décision substitutive et une insulte aux usagers.

La démocratie de la santé est piétinée et remplacée par une sorte de technocratie de charlatans. Cette ministre fonctionne comme un mandarin incompétent: elle s'engage personnellement à imposer son idéologie à la technocratie qu'elle met en place, les 'Comités stratégiques de psychiatrie et de santé mentale' (27:22).

Extrait du document CCOMS, rapport empowerment des usagers, 2014:


- Ignorance absolue des droits de l'homme.

En 20.29, la ministre nous propose un voeu pieux de "réduction du recours aux soins sans consentement". Je ne vois pas comment réagiront ceux dont on a décrété l'âme "malade" autrement que par le non-consentement au droguage individuel "thérapeutique".

La Convention ONU relative aux droits des personnes handicapées interdit absolument l'hospitalisation forcée et le traitement forcé, comme des pratiques discriminatoires et des sytèmes de prises de décision substitutives: La ministre maintient la violation par la France des articles 12, 14, 15, 17, 19, 25 de cette convention. Commentaire général 1 sur article 12. Guidelines sur article 14. Commentaire général 5 sur article 19.


- La torture encouragée comme une "bonne pratique".

Les pratiques de contention et de mise à l'isolement vont faire l'objet de "recommandations de bonnes partiques" par la Haute Autorité de Santé, alors qu'elles remplissent les critères de la torture. La torture n'est pas un soin, la torture n'est pas une bonne pratique, mais elle est un crime contre l'humanité.




- Pour la ministre, "soigner" les toxicomanies, c'est les changer de produits.

Cette ministre semble persuadée que la moitié des consommateurs de substances est atteinte d'une "maladie de l'âme" dite "trouble de la personnalité". Elle appelle ce concept des "comorbidités". C'est avantageux pour les labos parce que le "traitement" des "comorbidités" consiste à remplacer la substance de la rue par un produit délivré par les pharmacies et administré, au besoin par la force, afin de "corriger" le fonctionnement du cerveau "malade".


- Une politique du suicide basée sur la délation

En 24.13 la mi,istre juge le suicide un "acte indicible", il s'agit d'une position morale et d'une fuite du dialogue. En imposant la délation obligatoire, elle prive les personnes d'un espace de confidentialité nécessaire au travail sur soi. La ministre semble ignorer le rôle des anti-dépresseurs dans les passages à l'acte, le traumatisme des hospitalisations et le désespoir de la condamnation psychiatrique à la camisole chimique, que les médecins n'arrêtent presque jamais, par peur. Ses propos suggèrent au contraire la contrainte, l'étiquettage, la déresponsabilisation, l'amnésie chimique, la médication chronique, la perte des droits des personnes, la prise de décision substitutive, et les médecins seulement "en charge", penchant préférentiellement vers le droguage forcé "de sécurité" des personnes.



- Les citoyens sont irresponsables, le secteur est responsable à leur place.

En 22.16 la ministre nous explique que le secteur psychiatrique a "responsabilité globale sur une population". J'en déduis que les citoyens sont irresponsables, et seront exposés aux contraintes.


- Croire au père Noël.

Cette ministre semble croire que le droguage plus ou moins forcé des populations au nom d'une idéologie anachronique se fera dans la joie et le volontariat. C'est comme imaginer une adoration infantile, universelle, envers les médecins considérés comme des dieux omniscients et omnipotents. Une telle conception scientiste, réductrice, pharmacologique, de la condition humaine, ne doit pas être imposée aux français. Elle nie les dimensions relationnelles et spirituelles des êtres humains. Le discours de la ministre est passionné, complètement hors de la réalité des connaissances actuelles. Partout dans le monde on ne parle même plus de "maladies mentales" mais seulement de troubles et de difficultés psycho-sociales et le modèle médical est abandonné. La ministre semble ignorer ceci.


 
- La corruption tous azimuts des labos ne sera pas combattue.

Source wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Agn%C3%A8s_Buzyn

"En janvier 2016, la ministre, qui avait été rémunérée par trois laboratoires privés avant 2011 tout en occupant diverses positions dans des organismes publics, estime devant la commission des affaires sociales du Sénat français que l’obligation de déclarer publiquement tout conflit d'intérêts avec l'industrie pharmaceutique instaurée en 2011 par la loi Bertrand afin de renforcer l’indépendance de l’expertise sanitaire publique serait devenue trop « handicapante » pour certains chercheurs qui « ne le supportent plus et refusent de venir aux expertises de l'INCA »16. Selon elle, « vouloir des experts sans aucun lien avec l’industrie pharmaceutique pose la question de la compétence des experts16 ».
Tenir un tel discours, c'est insulter les personnes intègres, et promouvoir la corruption.

D'après Libre Actu, la ministre a touché des labos pendant au moins 14 ans !
http://www.libreactu.fr/agnes-buzyn-a-ete-remuneree-par-les-labos-pendant-au-moins-14-ans/

Cependant rien n'est visible sur la base transparence santé France, qui donc ne remplit pas son rôle.

Il y a aussi le conflit d'intérêt évident par rapport à son mari qui dirige l'INSERM.
Article Marianne ici:
https://www.marianne.net/politique/comment-matignon-tente-de-sortir-la-ministre-agnes-buzyn-d-un-embarrassant-conflit-d


- Ce qui manque dans ce discours

Le système est supposé aider les usagers. Mais tout est décidé sans les usagers. Comme la psychiatrie est souvent un artifice de non-résolution des conflits aux dépens du plus faible, les intérêts des usagers sont ignorés, et leur voix n'existe pas.

Les usagers doivent décider la politique qui les concerne. On doit reconnaître l'expertise des usagers, et les inviter à s'exprimer dans les facultés. Les usagers sont les meilleurs aides, c'est la pair-aidance, qui doit être reconnue et valorisée. Par exemple, les réseaux d'entendeurs de voix proposent une aide précieuse à leurs membres.

Les orientations politiques doivent être guidées par la Convention ONU relative aux droits des personnes handicapées: non discrimination, pas de système de prise de décision substitutive, mais des prises de décision assistée, pas de traitement forcé, pas d'hospitalisation forcée, mais inclusion dans la communauté. Directives anticipées, désignation d'une personne de confiance, mandat de protection future.



Santé mentale et droits de l’homme, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme,
31 janvier 2017, page 12. http://ap.ohchr.org/documents/dpage_e.aspx?si=A/HRC/34/32


Meilleure médecine: L'information sur les produits prescrits doit être complète: objectifs de la prescription, sa durée, l'appréciation des résultats, les effets secondaires et les complications, les maladies iatrogènes, les séquelles et leur incidence, l'arrêt du produit, la dépendance, la tolérance, le sevrage, les interactions, et présentation des alternatives possibles, y compris non médicales.

Les médecins doivent savoir reconnaître un syndrome de sevrage aux médicaments, doivent savoir sevrer les produits qu'ils prescrivent et dans tous les cas accepter les demandes de sevrage. Tout effet que vous notez ou que vos proches remarquent, survenant dans les semaines qui suivent une baisse de dosage d'un produit psychotrope, et corrigé par le retour au dosage antérieur, est un syndrome de sevrage.

Réalité: tout ce qui n'est pas en congruence avec la personnalité du patient telle qu'elle était avant le traitement est du au traitement et pas à une condition psychiatrique supposée. La personne sous chimiothérapie psychiatrique n'est souvent pas consciente que sa condition est liée au produit prescrit: il faut l'informer.

En plus des aides sociales et juridiques, il me semble qu'on devrait proposer aux usagers autre chose que la chimiothérapie, dans tous les cas. La chimiothérapie prive la personne de ses moyens, l'ouverture du dialogue ne fonctionne pas et les progrès sont entravés quand la personnalité est altérée par les produits prescrits.

L'approche de dialogue ouvert a démontré sa capacité à ne pas transformer un épisode d'incompréhension de la personne, dite psychose, en condition chronique.

Il me semble qu'on devrait proposer toutes formes de psychothérapies, des pratiques de conscience somatique, de respiration consciente, de résolution des traumatismes, et aussi redonner leur place aux spiritualités. J'appelle spiritualités les pratiques souvent issues des traditions ou des arts martiaux qui visent à apaiser le mental, à exprimer les émotions et à traverser les deuils, à soigner les traumatismes, à résoudre les conflits par la communication, à développer sa personnalité, à se connecter à son corps, à sa naissance ou à ses ancêtres, à fournir des réponses, à (ré)affirmer son but de vie et à le réaliser, à souder les communautés et à favoriser le support et l'entraide mutuelle.

Enfin, les usagers et survivants de la psychiatrie demandent:

- Le respect de leur droit à des réparations pour les victimes des violations des droits de l'homme, selon les principes ONU, résolution GA2005:
Restitution, compensation, réhabilitation, satisfaction et garantie de non-répétition.

- La vérité et reconciliation en psychiatrie.


- Crime contre l'humanité

Il y va de la vie de dizaines, de centaines de milliers de personnes adultes, enfants et personnes agées. Décider la politique de la France sur des bases aussi erronées va accroître toutes les souffrances que la psychiatrie inflige déjà à ses victimes, aux familles, aux soignants. Il me semble qu'un crime contre les français est en train d'être perpétré.


- Signez et partagez la pétition

https://www.change.org/p/abolir-les-hospitalisations-forc%C3%A9es-et-traitements-forc%C3%A9s-en-application-de-la-convention-droits-des-personnes-handicap%C3%A9es-de-l-onu


Références:

Le traité CDPH signé avec l'ONU
http://www.un.org/french/disabilities/default.asp?id=1413

Observation générale sur l'article 12:
http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/CRPD/Pages/GC.aspx

I.7. Les États parties doivent examiner l’ensemble de leur législation dans tous les domaines afin de s’assurer que le droit à la capacité juridique des personnes handicapées n’est pas limité par rapport à celui des autres. Depuis toujours, les personnes handicapées sont privées de leur droit à la capacité juridique dans de nombreux domaines de  manière discriminatoire dans le cadre de systèmes de prise de décisions substitutive comme la tutelle, la curatelle et les lois relatives à la santé mentale qui permettent le traitement forcé.
Ces pratiques doivent être abolies afin que les personnes handicapées retrouvent une pleine capacité juridique, sur la base de l’égalité avec les autres.


Observations préliminaires de la Rapporteuse spéciale ONU octobre 2017
http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=22245&LangID=F

Documents CCOMS, Journées sur la contrainte, 2017
http://www.ccomssantementalelillefrance.org/?q=journ%C3%A9e-sur-la-contrainte-le-film-et-les-pr%C3%A9sentations

La position de l'ENUSP (European Network of Users and Survivors):
"La contrainte n'est pas du soin, mais elle est à l'opposé du soin".
http://www.ccomssantementalelillefrance.org/sites/ccoms.org/files/pdf/TR1Paris%202017_position%20ENUSP%20coercion.pdf

Documents CCOMS, Rapport empowerment des usagers, 2014
http://www.ccomssantementalelillefrance.org/?q=journ%C3%A9e-sur-la-contrainte-le-film-et-les-pr%C3%A9sentations

Santé mentale et droits de l’homme Rapport du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, 31 janvier 2017
http://ap.ohchr.org/documents/dpage_e.aspx?si=A/HRC/34/32

Le Rapporteur ONU sur la torture demande d'abolir les traitements forcés, 2013
http://www.ohchr.org/Documents/HRBodies/HRCouncil/RegularSession/Session22/A.HRC.22.53_English.pdf

Le "traitement" forcé est de la torture, par Peter Breggin, 2016
https://www.madinamerica.com/2016/06/forced-treatment-is-torture/

L'hospitalisation psychiatrique forcée est un crime contre l'humanité.
Szasz T. (1976) Involuntary Mental Hospitalization. In: Humber J.M., Almeder R.F. (eds) Biomedical Ethics and the Law. Springer, Boston, MA
https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-1-4684-2223-8_12

La fabrique des suicides:
Hjorthøj CR, Madsen T, Agerbo E, et al. Risk of suicide according to level of psychiatric treatment: a nationwide nested case-control study. Soc Psychiatry Psychiatr Epidemiol 2014;49:1357–65.

Large MM, Ryan CJ. Disturbing findings about the risk of suicide and psychiatric hospitals. Soc Psychiatry Psychiatr Epidemiol 2014;49:1353–5.

La fabrique des traumatismes
Les hospitalisations et soins sans consentements provoquent des syndromes de stress post-traumatiques et des conduites d'évitement. Dans cette étude la moitié des patients sont traumatisés (Priebe S., Bröker S., Gunkel S., 2015):
http://www.researchgate.net/publication/13608566_Involuntary_admission_and_posttraumatic_stress_disorder_symptoms_in_schizophrenia_patients

Le désastre sanitaire prévisble
Psychiatry is a disaster area in healthcare that we need to focus on, Peter C Gøtzsche,Professor Nordic Cochrane Centre, Copenhagen, BMJ 2018;360:k9.
http://www.bmj.com/content/360/bmj.k9/rr-15

Aust N Z J Psychiatry. 2004 Nov-Dec;38(11-12):933-9.Do nations' mental health policies, programs and legislation influence their suicide rates? An ecological study of 100 countries.
Burgess P1, Pirkis J, Jolley D, Whiteford H, Saxena S.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15555028

La fabrique des psychoses
Lucire Y (2016) Pharmacological Iatrogenesis: Substance/Medication-Induced Disorders That Masquerade as Mental Illness. Epidemiology (sunnyvale) 6:217. doi:10.4172/2161-1165.1000217

Les syndromes de sevrage
Dr Peter Breggin, "Psychiatric drug withdrawal", 2013
http://www.breggin.com/


RxISK Medical Team, 2016, "What is akathisia?"
http://rxisk.org/akathisia/

L'ONU dénonce le modèle médical:

La Convention Droits des Personnes Handicapées de l'ONU prescrit aux états membres d'abandonner le modèle médical pour le remplacer par le modèle psycho-social.

Je cite le document ONU (http://www.un.org/french/disabilities/default.asp?id=801):

Le traité considère le handicap comme le résultat de l’interaction entre un environnement inaccessible et une personne, plutôt qu’un attribut intrinsèque d’une personne. Il remplace l’ancien « modèle médical » du handicap par un modèle social, basé sur les droits de l’homme, postulant que c’est la société qui « handicape » les personnes handicapées, les empêchant d’exercer leurs droits en tant que citoyens.

Open Dialogue: l'ouverture du dialogue est la bonne pratique.
La meilleure réponse à la crise dite "psychotique" est l'approche Open Dialogue qui a plus de 80% de succès et plus de 20 ans d'expérience:

Seikkula Jaakko et collègues, 2010, "The Comprehensive Open-Dialogue Approach in Western Lapland: II. Long-term stability of acute psychosis outcomes in advanced community care."
http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/17522439.2011.595819?src=recsys


Sur les neuroleptiques dits antipsychotiques:

Les essais thérapeutiques qui prétendent valider des indications en psychiatrie ne permettent pas de considérer la durée mais dans cette étude de suivi sur 20 ans, les neuroleptiques en réalité entretiennent la dite "schizophrénie".

Harrow M. et collègues, 2014 "Does treatment of schizophrenia with antipsychotic medications eliminate or reduce psychosis? A 20-year multi-follow-up study
http://www.mentalhealthexcellence.org/wp-content/uploads/2013/08/HarrowJobePsychMedMarch2014.pdf

Les neuroleptiques de longue durée sont un facteur de chronicisation et de non-guérison des épisodes dits psychose. Autrement dit les neuroleptiques fabriquent des maladies chroniques. Etude sur 7 ans.

Wunderick S. et al., 2013, "Recovery in Remitted First-Episode Psychosis at 7 Years of Follow-up of an Early Dose Reduction/Discontinuation or Maintenance Treatment Strategy: Long-term Follow-up of a 2-Year Randomized Clinical Trial."
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23824214

La dépendance aux neuroleptiques est marquée avec les syndrome de sevrage retardés, et les phénomènes dits psychoses d'hypersensibilité, provoqués par le produit et par l'augmentation des doses nécessaires par un mécanisme d'hypersensibilisation adaptative à la dopamine. C'est plus sévère que dans le sevrage alcoolique:

Volkmar Aderhold, Peter Stastny, 2015, "A Guide to Minimal Use of Neuroleptics: Why and How".
http://www.madinamerica.com/wp-content/uploads/2015/08/Guide-to-Minimal-Use-of-Neuroleptics-.pdf

Le rétrécissement cérébral des patients étiquetés schizophrénie est du aux drogues administrées.

Beng-Choon Ho et al., 2011: "Long-term Antipsychotic Treatment and Brain VolumesA Longitudinal Study of First-Episode Schizophrenia"
http://archpsyc.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=211084

"Supersentivity psychosis" (psychose tardive): altération du cerveau par les neuroleptiques au long cours, agitation, insomnie, manifestations psychotiques.

Chouinard Guy, Chouinard Virginie-Anne, 2008: "Atypical Antipsychotics: CATIE Study, Drug-Induced Movement Disorder and Resulting Iatrogenic Psychiatric-Like Symptoms, Supersensitivity Rebound Psychosis and Withdrawal Discontinuation Syndromes."
http://www.karger.com/Article/Abstract/112883

Les traitements neuroleptiques sont fortement suspects de produire des crises psychotiques soit par syndrome de sevrage, soit par toxicité directe

Moncrieff J., 2006: "Does antipsychotic withdrawal provoke psychosis? Review of the literature on rapid onset psychosis (supersensitivity psychosis) and withdrawal-related relapse."
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16774655%20

Etiquette Schizophrénie: les "symptômes négatifs" sont liés à la toxicité des produits administrés, au traumatisme et au désespoir que la psychiatrisation provoque.

Luther L. et collègues, 2015: "Expectancies of success as a predictor of negative symptoms reduction over 18 months in individuals with schizophrenia."
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26162662/


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire