mardi 17 janvier 2017

La science médicale plaide aussi contre le traitement forcé par Robert Whitaker - Campagne No Forced Treament.

Robert Whitaker: La science médicale plaide aussi contre le traitement forcé.

Posté le 26 mars 2016

Article original en anglais:
https://absoluteprohibition.wordpress.com/2016/03/26/robert-whitaker-medical-science-argues-against-forced-treatment-too/

L'argument généralement invoqué contre l'hospitalisation involontaire et le traitement forcé est que ces pratiques, faites sous l'autorité de l'État, violent les droits civils de base d'une personne. Ils privent une personne de sa liberté et de son autonomie personnelle et le font en l'absence d'une accusation criminelle. La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées maintient cette position en interdisant la discrimination à l'égard de ces droits. C'est un argument moralement puissant qui devrait se situer au centre de toute protestation contre les traitements forcés.

Cependant, il existe un autre argument, de valeur ajoutée, qui peut être invoqué contre l'hospitalisation involontaire et le traitement forcé. La science médicale plaide également contre le traitement forcé.

L'«État», pour justifier l'hospitalisation involontaire et le traitement forcé, soutiendra qu'une telle coercition est nécessaire pour fournir un «traitement médical» aux personnes qui, en raison de leur condition mentale altérée, ne donneront pas leur consentement à ce traitement. L'implication est que si l'individu «psychotique» était sain d'esprit, il ou elle voudrait ce traitement, et ainsi l'état sert comme un gardien utile. Mais cet argument «médical» s'écroule après un examen attentif.

Tout d'abord, il est prouvé que l'hospitalisation psychiatrique elle-même, qu'elle soit volontaire ou involontaire, entraîne un risque accru de suicide. Dans une étude menée en 2014, des chercheurs de l'Université de Copenhague ont examiné les soins psychiatriques reçus par 2 429 personnes au cours de l'année précédant leur suicide et après avoir fait correspondre ce groupe de suicides à un groupe témoin de 50 323 personnes dans la population générale. Après ajustements pour tenir compte des facteurs de risque, ils ont conclu que le risque de décès par suicide à mesure que les personnes reçoivent davantage de soins psychiatriques. La prise de médicaments psychiatriques était associée à une probabilité six fois plus élevée que les gens se tuent eux-mêmes; Le contact avec un hôpital psychiatrique de jour correspond à une augmentation de huit fois; Visiter une salle d'urgence psychiatrique réalise une augmentation de 28 fois; Et l'admission en hôpital psychiatrique une augmentation de 44 fois. [1]

Dans un éditorial qui accompagnait l'article publié dans le Journal of Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, les auteurs - tous experts en recherche sur le suicide - ont observé que ces résultats étaient solides. L'étude danoise, ont-ils écrit,  « a démontré une relation statistiquement forte et dose-dépendante entre l'étendue du traitement psychiatrique et la probabilité de suicide. Cette relation est par étapes, avec des augmentations significatives du risque de suicide qui se produisent avec des niveaux croissants de traitement psychiatrique. »  Ce lien était si fort, conclut-il, que « il semblerait raisonnable, par exemple, toutes choses étant égales, de considérer un non-déprimé, une personne subissant un examen psychiatrique dans le service d'urgence comme étant beaucoup plus à risque [de suicide] qu'une personne souffrant de dépression, qui n'aurait été traitée que dans la communauté. »

Ces chercheurs ont conclu qu'il est « tout à fait plausible que la stigmatisation et le traumatisme inhérents au traitement psychiatrique (particulièrement non consenti) puissent, chez les personnes déjà vulnérables, contribuer à certains suicides. Nous croyons qu'il est probable qu'une proportion de personnes qui se suicident pendant ou après une admission à l'hôpital le font en raison des facteurs inhérents à cette hospitalisation » [2].

Deuxièmement, d'un point de vue médical, la «relation thérapeutique» entre «patient» et «médecin» est considérée comme un facteur important pour un « bon résultat », et le traitement forcé entraîne régulièrement une rupture de cette relation. Les récits personnels des personnes qui ont été traitées de force l'ont comparé à la torture, au viol, etc. En outre, ces récits ne peuvent pas être rejetés comme des écrits de personnes qui sont «altérées» dans leur mental, ni à cet instant ni plus tard; Ces récits personnels révèlent souvent un niveau extraordinaire de détail et de clarté.

Troisièmement, le traitement forcé implique régulièrement des injections d'un antipsychotique, et ce traitement initial est régulièrement un précurseur d'un traitement à long terme avec de tels médicaments (et souvent de manière coercitive). Cependant, il existe maintenant des preuves substantielles que ce traitement médicamenteux de long terme est nuisible. Par exemple:

  • Il y a des preuves que les médicaments rétrécissent les volumes du cerveau, et que ce retrait est associé à une augmentation des symptômes négatifs, des troubles fonctionnels, et au déclin cognitif. [3] 
  • Les médicaments induisent des dyskinésies tardives chez un pourcentage significatif de patients, ce qui traduit un dommage des ganglions de la base.
     
  • Martin Harrow, dans son étude longitudinale des patients psychotiques, a constaté que les patients sous médicaments se détérioraient à long terme sur tous les domaines de fonctionnement. Les patients sous médicaments étaient huit fois moins susceptibles de se rétablir à la fin des 15 ans que ceux qui étaient sortis de la médication. [4] 

Il s'agit simplement d'un examen rapide du procès médical qui peut être fait contre le traitement forcé. Mais même cette revue sommaire montre qu'un tel traitement augmente le risque de suicide, peut se révéler dévastateur pour la «relation thérapeutique», et peut mettre une personne sur une longue période d'usage de médicaments, qui est associée à une variété de dommages et de mauvais résultats. L'argument selon lequel l'hospitalisation involontaire et les traitements forcés sont dans le meilleur intérêt « médical » de la personne «altérée» s'effondre lorsqu'on le regarde à travers cette optique scientifique et, une fois que c'est fait, l'hospitalisation involontaire et le traitement forcé peuvent être clairement perçus pour ce qu'ils sont.

Ils ne sont pas un moyen de fournir «l'aide médicale» nécessaire à un individu. Ils sont une affirmation de l'autorité de l'État et de son pouvoir sur un individu, et cette affirmation de l'autorité viole les droits fondamentaux de la personne civile. Toute discussion sociétale sur l'engagement involontaire et les traitements forcés doit se concentrer sur cette question, et ne pas être distrait par la revendication du « médicalement utile ».

[1] C. Hjorthøj, Risk of suicide according to level of psychiatric treatment—a nationwide nested case control study. Soc Psychiatry Psychiatr Epidemiol (2014) 49: 1357-65.

[2] M. Large. Disturbing findings about the risk of suicide and psychiatric hospitals. Soc Psychiatry Psychiatry Epidemiol (2014) 49:1353-55.

[3] J. Radua, “Multimodal meta-analysis of structural and functional changes in first 
episode psychosis and the effects of antipsychotic medications,” Neuroscience and 
Biobehavioral Review 36 (2012): 2325–33.

[4] M. Harrow. “Factors involved in outcome and recovery in schizophrenia patients not on antipsychotics medications.” J Nerv Ment Dis (2007) 195: 407-414.


Campagne CDPH prohibition absolue de l'hospitalisation involontaire et du traitement forcé.


Catégories: Critique du critère de traitement, Décès en psychiatrie, Privation de capacité juridique, Administration forcée de psychotropes, Traitement forcé médicalement infondé, Dommage causé par l'institutionnalisation, Dommages causés par la psychiatrie, Hospitalisation, non consentement, Dommages et sevrages des produits psychiatriques, Psychiatrie en tant que cause du suicide, Science et recherche, Torture, Non classé.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire