mardi 26 décembre 2017

La "schizophrénie" aujourd'hui serait surtout la conséquence des produits neuroleptiques ou antipsychotiques administrés

Si vous prenez des neuroleptiques ou antipsychotiques, ce sont peut-être les drogues des psychiatres qui ont contribué à créer votre condition. Voici pourquoi:

- Un faisceau d'études suggèrent que la schizophrénie est assimilable à une sensibilité accrue à la dopamine, la plus récente est [1].

- Il semble bien que dans les cas chronicisés, et surtout chez les usagers qui ont développé une tolérance aux produits et des dyskinésies, cette hypersensibilité à la dopamine soit provoquée par le traitement de long terme [2]. C'est plus que fréquent, la prévalence est de 30% pour les "schizophrénies" et de 70% pour les "schizophrénies résistantes au traitement" [2]. Cette condition se manifeste par des syndromes de sevrage, à la baisse du traitement et jusqu'à 6 semaines après, qui sont interprétées comme des "rechutes", et qui peuvent durer des mois (troubles d'après-sevrage) [2].

- Pour ces raisons, il ne me semble pas exagéré de considérer que la "schizophrénie" est aujourd'hui une maladie pour une large part iatrogène. C'est à dire qu'elle est la conséquence des drogues administrées.

Les occurences non iatrogènes pourraient être liées à des gènes particuliers, à des traumatismes cérébraux, à l'usage des drogues (cocaine, amphetamine, marijuana, phencyclidine, et stéroïdes), à des infections prénatales, à la malnutrition, à l'isolation sociale, à la marginalisation, à la maltraitance [1].

C'est aussi confirmé par les études de long terme [3] qui montrent que les personnes qui parviennent à se sevrer en arrêtant progressivement les traitements guérissent de la "schizophrénie" dans une majorité de cas, tandis que celles qui poursuivent leur traitement ne guérissent pas.


Ma conclusion:

La 'schizophrénie' n'est pas une maladie biologique: elle n'a jamais été caratérisée comme telle. Elle est un stéréotype psychosocial. L'intoxication chronique aux antipsychotiques ou neuroleptiques est une maladie neurologique iatrogène qui se soigne par le sevrage. Cette intoxication réalise la plus grande part des 'symptomes' attribués à la pseudomaladie 'schizophrénie'.



Références:

[1] Mary V. Seemana and Philip Seemanb, "Is schizophrenia a dopamine supersensitivity psychotic reaction?"
Progress in Neuro-Psychopharmacology and Biological Psychiatry
Volume 48, 3 January 2014, Pages 155-160
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0278584613002194

[2] Chouinard G1, Samaha AN, Chouinard VA, Peretti CS, Kanahara N, Takase M, Iyo M.
"Antipsychotic-Induced Dopamine Supersensitivity Psychosis: Pharmacology, Criteria, and Therapy."
Psychother Psychosom. 2017;86(4):189-219. doi: 10.1159/000477313. Epub 2017 Jun 24.
https://www.karger.com/Article/FullText/477313

[3] M. Harrow.
“Factors involved in outcome and recovery in schizophrenia patients not on antipsychotics medications.”
J Nerv Ment Dis (2007) 195: 407-414.
http://journals.lww.com/jonmd/Abstract/2007/05000/Factors_Involved_in_Outcome_and_Recovery_in.7.aspx>





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire